Imprimer la page

Témoignage avec Camille Buros, doctorante à l'ESTIA

      Qui êtes-vous ?

     Je m’appelle Camille Buros, je suis originaire de Toulouse, j’ai 24 ans et je suis actuellement doctorante en première année de thèse sous la direction de Philippe VIOT et l’encadrement de Julie LARTIGAU.

     Quel est votre parcours ?

     Après un BAC scientifique j’ai réalisé un DUT Génie Mécanique et productique (GMP), puis une licence professionnelle Innovation Matériaux et Structures Composites (IMSC). Après ma licence j’ai intégré l’ESTIA en première année ingénieur en apprentissage. J’ai réalisé mon alternance chez ArianeGroup en R&D en fabrication additive polymère, au sein du laboratoire Composites. En dernière année d’ingénieur j’ai également réalisé un Master of Science (MSc) en mécanique au sein de l’université de Wolverhampton (Angleterre).

     Qu’est-ce qu’une thèse de doctorat selon vous ?

     Une thèse de doctorat c’est un véritable engagement personnel et professionnel. C’est travailler durant minimum 3 années sur un sujet défini et le faire évoluer. Faire une thèse de doctorat requiert d’apporter de nouvelles connaissances, de nourrir la réflexion sur un sujet, mais aussi d’être patient, d’accepter les critiques et de défendre sa thèse. Pour finir c’est évidemment un exercice rédactionnel très important qui nécessite de nombreuses (et longues) recherches.

     Sur quoi porte votre thèse ?

   Ma thèse porte sur l’étude du comportement sous sollicitations complexes de matériaux métalliques architecturés obtenus par procédés de fabrication additive.

C’est-à-dire, élaborer une architecture de matériau, proposer une stratégie d’impression et de parachèvement pour obtenir une structure particulière afin d’atteindre des performances macroscopiques attendues. Cette thèse offre notamment des perspectives scientifiques dans le développement d’absorbeur en cas d’impacts (dans le secteur du transport par exemple).

      Un conseil pour un élève qui pense poursuivre dans la recherche ?  

     Plusieurs motivations peuvent amener un élève à poursuivre dans la recherche, mais les plus importantes selon moi sont d’être passionné et de vouloir comprendre. Il faut être prêt à passer des années sur un sujet, avec des hauts et des bas, et pour ça, il est indispensable d’être passionné par son sujet. Ne baissez pas les bras et nourrissez cette motivation.  Si la recherche vous intéresse, qu’un sujet vous passionne et que vous êtes curieux, alors n’ayez pas peur et lancez-vous.